SMX Paris 2016 : 2ème journée

Bienvenue à la deuxième journée de SMX Paris 2016. Nous ne voyons pas l’effet des grèves annoncés et la salle s’est bien rempli dès le keynote du matin et ceci jusqu’au soir. Comme d’habitude, la consommation de café augmente en ce jour 2 pour profiter de la richesse du programme jusqu’au bout.

(ceci est le recap de la deuxième journée – le recap de la première journée de SMX Paris se trouve ici)

Nous avons débuté cette journée avec le keynote de Zineb Ait Bahajji, Webmaster Trends Analyst, chez Google.

Zineb retrace d’abord l’évolution de la recherche sur internet. Elle parle de 2 rêves d’ingénieurs : celle de construire l’ordinateur de Star Trek et celle de construire l’OS de l’intelligence artificielle du film Her.

Elle rappelle que jusqu’en 2012, le moteur de recherche de Google était essentiellement basé sur des mots clés. C’est le Knowledge Graph qui marque un vrai tournant chez Google. Les mots-clés, plutôt plats basculent alors vers des entités avec plus de profondeur et de richesse. Google passe alors par un processus d’apprentissage à partir de ses propres données, et connaît une hausse de requêtes fulgurante, avec 500 millions de requêtes il y a 1 an vs 1 milliard aujourd’hui.

Nous avons été étonné du fait qu’elle ne mentionne à aucun moment Rankbrain (sujet du keynote de Marcus Tober la veille)

S’en est suivi un focus sur le mobile-friendly et les AMP (accelerated mobile pages) qui, dans un futur proche, pourraient s’appliquer dans d’autres secteurs que les sites d’information.

Elle a également rapidement mentionné les Rich Cards et l’évolution de Rich Snippets pour la présentation des sites dans les résultats de recherche.

Pour le future, Zineb parle de langage naturel, de Google Now on Tap et du grand projet de construction de l’assistant ultime. En attendant, nous avons Google Allo et Google Home, deux premières versions de cet assistant ultime, annoncées il y a 2 semaines sur Google IO.

smx_paris_2016-06-02_21

Olivier Beaurain de chez Microsoft 

La très grande nouvelle côté Microsoft est la croissance des parts de marché de Bing. La clé de cette montée : Windows 10, intégrant de façon plus poussée le moteur de recherche Bing. Mais il ne faut pas oublier que Microsoft est une société visionnaire qui n’a pas encore joué sa dernière carte. En effet, nous avons été témoin, lors de la conférence,d’une vidéo de visioconférence avec traduction simultanée intégrée. Une autre vision concrète du futur.

Il y a aussi l’assistant virtuel de Microsoft, Cortana, rattaché au moteur de recherche Bing. Selon Olivier, 1 requête sur 4 est déjà vocale. Ces recherches comportent beaucoup plus de mots que les recherches textuelles. Ce sont également des questions plus complètes qui sont posées en requête vocale. Des « quoi/qui ? », » comment ? », « quand ? » et « où ? » avec un degré d’intention qui monte.

 

A 10h, se sont déroulés simultanément deux conférences, l’une sur le Netlinking moderne et l’autre sur le boom d’Instagram

Maud Cochet, Head of SEO, Accor Hotels et Aymeric Bouillat, Consultant SEO, Resoneo se sont penchés sur la question du Netlinking.

Il était courant de doper les sites auparavant – même dans les « webmaster guidelines » de Google il était précisé que les liens influençaient le positionnement mais cela a déclenché un fort taux de « spamlinking » jusqu’à ce que Google fasse des actions manuelles (pénalisations) en masse pour lutter contre le spam.

Les piliers du Netlinking moderne sont nombreux et variés : notoriété de marque, communauté, curation de contenu, SEO collaboratif, influenceurs, monitoring et optimisation de l’éco-système. Ce qui était du Netlinking il y a quelques années a totalement changé.

Maud Cochet a beaucoup insisté sur le lien entre le digital et les événements, en évoquant “Phygital” le marriage du Physique avec le Digital. Et puis l’intégration de l’acquisition de notoriété sous forme de backlinks dans une stratégie de communication globale : aujourd’hui le nombre de liens générés est un KPI supplémentaire dans le reporting des RP chez Accorhotels, selon Maud Cochet.

 

Instagram nouvel eldorado des annonceurs ?

Cette conférence nous a permis de mieux comprendre les enjeux publicitaires de l’emplacement Instagram au sein de Facebook. Les chiffres parlent d’eux mêmes car le réseau connait une hausse de 15% annuelle de ses utilisateurs contre 3% en moyenne sur les autres plateformes. Instagram se situe en haut du tunnel de conversion avec un grand nombre d’actions d’engagement et pour l’instant assez peu de conversions. La vidéo est un bon moyen d’aller chercher des nouveaux utilisateurs pour ensuite les recibler via Facebook et ou Instagram avec un contenu différent.

smx_paris_2016-06-02_74

Pour le track technique, nous sommes passés au sujet des « Données Structurées et Quick Answers »

Max Prin, de Merkle a introduit le thème en illustrations et avec la question suivante : de quelle façon les données structurées jouent-elle un rôle important dans les résultats de recherche ? Pour les catégories de sites avec beaucoup de pages de contenu, les données structurées permettent de se faire bien indexer par Google. Il ne faut surtout pas rater l’opportunité d’être mieux placé que ses concurrents dans les résultats de recherche grâce aux données structurées et attirer les clics même si l’on est en moins bonne position. Par exemple, les étoiles sous un résultat de recherche en 4ème position peut attirer plus de traffic qu’un résultat sans étoiles en 1ère position.

La bonne pratique aujourd’hui est d’utiliser Schema.org et Json-ld qui est devenu le format préféré de Google.

David Eichholzer de Wam et Muriel Tailhardat de Total nous illustre l’utilisation des microformats et le ciblage de « Quick answers » pour maximiser la visibilité de Elf aux Etats Unis avec l’atteinte de 62 positionnement en « Quick answers ».

 

Côté marketing, Claire Calligaro, de Addict Mobile et Benjamin Eon, de Shopmium ont tentés de répondre à la question suivante : comment optimiser son SEA et ASO sur mobile ?

Un utilisateur consomme 25 à 30 applications par mois. Pour optimiser la présence de son application il faut travailler son référencement organique puis optimiser son ASO via les » best practices » (icone, titre, screenhot à jour de l’app et description en fonction des mots clés intéressants) enfin les campagnes de SEA permettent de booster d’une façon pérenne les téléchargements et la position de l’app.

Le positionnement par catégorie et mots clés dans les stores est déterminé par le nombre de téléchargements, les notes utilisateurs et la fréquence d’utilisation de l’application.

 

Sophie Newton, de Brainlabs a fait salle comble avec sa présentation sur les Adwords Scripts.
En effet, l’automatisation des campagnes SEA est un vrai sujet d’actualité et devient essentielle pour tout.
Adwords Scripts permet d’automatiser des processus fréquents notamment dans la gestion des campagnes Adwords.
Un script est un outil puissant qui permet de faciliter et d’affiner la gestion des campagnes :

  • surveiller ses campagnes
  • automatiser les enchères selon le jour, l’heure, l’emplacement géo,  la langue, le device utilisé…
  • se connecter avec les stock
  • automatiser la modification des mots clés et des annonces publicitaires

Et bien d’autres encore!

Tant de possibilités qui permettent d’affiner ses campagnes afin de proposer le bon message à la bonne personne et au bon moment.

smx_paris_2016-06-02_227

Dans la session couvrant le SEO à l’international figurait un véritable palmarès de spécialistes du sujet avec Jérôme Moussay de Blablacar , Jérémie Hoss du Club Med et son agence SEO altima, représenté par Audrey Broutin.

Nous avons noté un joli clin d’œil sur toutes les slides à #bougerlemammouth car ce thème est à la fois lourd, complexe et politique dans les organisations internationales.

La présentation commune des 3 était une couverture très complète du thème. De vrai partis pris sur le choix de stratégie de domaine, sur les paramétrages du « hreflang » (le saint graal), sur la gestion des pages 404, les migrations d’URLs de façon plus ou moins détaillée et finalement sur la création, la localisation et la gestion du contenu local.

smx_paris_2016-06-02_264

Les nouveaux enjeux de la distribution de contenu : Google AMP, Facebook Instant Articles. Retour d’expérience de Guillaume Bournizien, Digital Marketing Manager chez Le Parisien

Facebook lançait l’année dernière un nouveau format appelé Instant article. L’idée ? Permettre aux éditeurs de faire héberger leurs articles de presse sur les applications iOS et Android du réseau social.

Facebook Instant Articles offre des formats d’articles particulièrement riches, soit de véritable opportunités pour la marque (visibilité, notoriété) mais c’est aussi beaucoup d’immersif, d’ instantané et tout cela sur le réseau social le plus visible au monde… Avec 20 % de taux de clic et 30% de partage supplémentaire, c’est une belle réussite que nous promet Le Parisien.

Notons toutefois quelques limites… quid des audiences, de l’analytics et autres statistiques plutôt limitées.

Quant à l’AMP de Google, idéal pour créer sa page, il est mobile-friendly, proposant un affichage quasi instantané et offrant un excellent ranking. Finalement pour une marque telle que le Parisien, Google AMP c’est mettre en place une stratégie défensive pour garder sa position sur les newsbox et ne pas se faire dépasser par la concurrence.

L’excellente présentation de Virginie Clève et de Guillaume Bournizien se trouve ici : http://fr.slideshare.net/ovronaz/les-nouveaux-enjeux-de-la-distribution-de-contenu-google-amp-facebook-instant-articles/1

 

Vous vous demandiez comment pouvait fonctionner la gestion du SEA en web to store ? Guillaume Georget, Responsable acquisition, Conforama et Thibaut Leveillard, Directeur de clientèle, Esv Digital se sont penchés sur la question.

Le consommateur à besoin de préparer son achat au préalable, en vérifiant : lieux des boutiques, disponibilité des stocks, avis consommateurs, coupons de réduction… Aujourd’hui 90% des consommateurs préparent leur achat. Il faut donc se préparer au Web to Store.

Comment ? Accompagner les consommateurs vers les store:

  • Le Search via extensions annonces appels, lieu etc..
  • Ciblage géographique levier principale à activer pr le drive to store
  • Ensuite, l’audience via customer match par exemple.

Le lien entre le Online et Offline est toujours compliqué à mesurer mais l’impact du Web à sans aucun doute son rôle à jouer dans la conversion en boutique.

Ça y est, nous arrivons à la fin. Ce récap évoluera au fil du temps avec le rajout de liens vers les présentations et de sommaires d’autres sessions. Si vous n’avez pas vu le recap de jour 1, vous pouvez continuer la lecture ici.

N’hésitez pas à partager et à nous faire part de vos commentaire.

Merci à tous pour une excellente 7ème édition SMX Paris et à l’année prochaine !

Découvrez toutes les photos du SMX 2016.

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *