Ranking factors avec Searchmetrics à SMX Paris

Axel Landschoof de Searchmetrics est venu à SMX Paris nous présenter une étude toute fraiche sur les Ranking Factors – ou facteurs de positionnement – comparant les caractéristiques d’un site bien positionné dans Google en France et aux États-Unis.

_MG_5255

Searchmetrics mesure en permanence le positionnement de millions de sites sur Google. Ils font également leur propre indexation de sites web et à cette occasion, ils analysent les caractéristiques des sites qui sont positionnés.

L’étude présentée ce matin à SMX est surprenante car elle met en exergue des véritables différences entre les États-Unis et la France. Cette différence a déjà été montrée dans d’autres études Searchmetrics.

ranking_factors_fr_vs_us_searchmetricsDans la plupart des cas, l’importance relative d’un facteur est plus forte aux États-Unis qu’en France. En analysant le tableau, nous nous rendons vite compte que deux facteurs font une véritable différence.

Backlinks with Anchor text (backlinks avec texte ancré)

Les mots clés dans les backlinks est l’élément qui nous semble le plus étonnant. Serait-ce que les mises à jour Penguin qui visaient justement cette pratique de chercher des liens entrants avec le mot clé comme ancre <a href=site.com>mot clé</a> n’ont pas pénalisé aussi fortement en France qu’aux US ? On serait tenté de dire qu’une ancienne version de l’algorithme de Google est appliquée en France et de craindre que le rattrapage fasse souffrir les sites toujours en VF !

Sitespeed (vitesse du site)

L’autre facteur vraiment différenciant pour le positionnement en France est la vitesse de chargement des pages. Cela peut paraitre surprenant mais ça vaut le coup d’en parler à son équipe de développement et de bien choisir son hébergement.

Liens internes et CheiRank

Axel Landschoof présente également une étude de cas comparant deux structures de sites bien différentes. Un premier site avec 1200 liens internes sur sa page d’accueil ne peut pas concurrencer un site avec seulement 200. C’est une véritable opportunité à saisir pour les sites trop encombrés de liens : faites du ménage ! Axel aborde avec cet exemple, le concept de CheiRank qui est en quelque sorte l’inverse du Pagerank car le Cheirank se focalise sur les liens sortants.

Les liens entrants et le Social proof

Fait moins surprenant mais à noter, l’étude de Searchmetrics montre qu’il y a une forte corrélation entre les Facebook Likes, les G+1 et la quantité de backlinks.

ranking_factors_socialshares_searchmetrics

Ci-dessus : Les sites en 1re position dans Google ont 2 fois plus de Likes et 10 fois plus de G+1 que ceux en les 2e.

Ci-dessous : Les sites en 1re position dans Google ont 3 fois plus de backlinks que ceux en 2e et 5 fois plus que ceux en 3e position

ranking_factors_backlinks_searchmetrics

Les PhD à votre service

Axel nous a confié après sa présentation que ce type d’étude engage des heures d’analyse de la part des chercheurs et data analysts chez Searchmetrics. Pour notre part, nous saluons l’initiative de Searchmetrics et les éléments d’analyse qu’ils mettent à notre disposition.

Landschoof_vquote_smx

Suivez l’actualité du SMX Paris sur Twitter en temps réel via @BDBL_Media et @AznosFr

 Crédits photos : Aznos

2 Commentaires

  1. Le juge 16 juin 2014 Répondre

    Arf… je suis un poil décu – en fait les mecs de chez searchmetrics on juste fait un parallele rapide entre leur data de correlation des parametre SEO entre FR et US … je m’attendais a tout autre chose. Ca reste de la bonne donnée attention – j’ai vu la version US de la prez’ (SMX Seattle) et c’etait solide… c’est juste que je m’attendais a quelque chose de plus… précis…

  2. Anders 18 juin 2014 Répondre

    Pour ma part j’ai trouvé la comparaison FR / US frappante car cela met en évidence qu’il y a des réelles différences entre les facteurs de ranking d’un pays à l’autre. Il y a énormément de communication en France autour des meilleurs pratiques de référencement, les choses à faire et à ne pas faire pris directement des publications américaines avec la petite traduction en français alors qu’il faut se rendre à l’évidence que ce sont des marchés différents avec des règles qui ne sont pas tout à fait les mêmes. Qu’ensuite, une bonne partie de l’étude était le même que la version US présenté à Seattle, je suis d’accord, mais aussi content d’avoir eu un représentant de Searchmetrics avec nous à Paris pour bien l’expliquer 🙂

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *