Observatoire e-pub BDBL Media

A l’occasion de la publication annuelle de l’observatoire SRI de l’évolution des investissements media online (http://www.sri-france.org/2013/01/15/observatoire-de-le-pub-sri/), l’occasion pour une agence comme la nôtre de mettre ces chiffres et tendances en perspective.

L’année 2012 marque plusieurs phénomènes que l’on retrouve dans l’analyse qui est faite par l’Observatoire.

  • La bonne vigueur du SEA (référencement payant) dans son ensemble avec des investissements globalement en hausse sur 2012 (+10 à 15% à périmètre constant pour l’agence BDBL) après les années de flottement 2010-2011;  ces investissements deviennent néanmoins plus diversifiés et exploitent les potentiels offerts par les régies (remarketing, shopping, video, display et contenu). La mesure des impressions générées (longtemps délaissées au profit du clic et du CPC) et l’intégration du SEA (Search Integration) en visibilité dans un dispositif online global sont assez « nouvelles ».
  • On attend bien évidemment de ce levier toujours plus de performance mais le SEA est désormais également considéré comme source « d’awareness » et participe à la promotion d’une marque, d’un objet ou d’un concept de façon efficace.
  • Sur les réseaux sociaux, Facebook et ses Ads a pris désormais son envol et représente une vraie alternative pour les annonceurs, qui misent sur la possibilité de toucher les internautes de façon différente et beaucoup plus ciblée donc qualitative. En 2012, plus du 1/3 de notre portefeuille ont opéré des actions ponctuelles ou continues sur Facebook, essentiellement pour du recrutement de fans et de la visibilité, et les dépenses sur ce média multipliées par 3 au sein de notre agence.
  • D’autres leviers apparaissent et se banalisent, Linkedin en est un exemple, dans cette volonté et tendance de bien cibler une audience de plus en plus précise et caractérisée.
  • Coté Display, les Ad Exchange ont « révolutionné » le marché dans leur approche en rendant ce segment plus accessible et donc qui s’intègre mieux dans un dispositif global. Au sein de BDBL, les « Ad Ex » représentent en 2012 entre 15 et 20% des investissements Display gérés par l’agence et cette part ne va faire que s’accroître. A noter comme fait important le lancement du FBX (Facebook Exchange) que nous avons utilisé dès son arrivée pour certains annonceurs et avec des perfomances tout à fait intéressantes.
  • Enfin autre grande dimension notable, essentiellement pour les e-commerçants, est la gestion des « flux » avec re-publication sur comparateurs, moteurs de shopping et mise en place de solutions comme les PLA de Google ou le retargeting dynamique qui permet de customiser le message, de gérer l’offre de l’annonceur en temps réel et de gagner en efficacité.

Sur 2013, de notre point de vue agence sur les investissements publicitaires, et après le bouclage du mois de Janvier, cette tendance à la hausse devrait se poursuivre d’autant que ces investissements s’inscrivent dans des dispositifs online globaux multi canaux et que les outils existent désormais pour gérer la déduplication et l’attribution (nous nous appuyons pour ce faire sur notre partenaire Ignition One (www.ignitionone.com).

Les défis 2013 seront à notre avis plus centrés sur la récolte et l’analyse des données (Analytics et autres) et l’intégration avec les outils de CRM pour gagner en efficacité, fiabilité et exhaustivité. Par ailleurs, la gestion on/off (line) et la problématique des points de vente physique fera l’objet d’une analyse plus poussée qui conduira nécessairement à des arbitrages budgétaires dont le online devrait largement bénéficier.

 

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *